III. 1.2    Paysages et patrimoines

·         Contenir les projets d’urbanisation à l’intérieur des limites actuelles du bourg et des villages ;

·         Permettre les évolutions mesurées des hameaux (La Petite Andôle, La Petite Courrière, Les Garands, Le Maine Jarry,…)
        en  réglementant l’adaptation, la réfection, l’extension limitée, la construction d’annexes et le changement de destination ;

·         Préserver les creux de vallons agricoles pénétrant le tissu urbain et constituant des paysages ouverts offrant des
       panoramas ;

·         Maintenir les chemins de randonnées existants ;

·         Maintenir les coupures d’urbanisation. Elles compartimentent les espaces (naturels, agricoles, urbains) et permettent de
        conserver des ouvertures visuelles :

§  Coupure à dominante agricole entre le bourg de Torsac et Chez Mériot ;
§
  Coupure à dominante agricole entre la Grande Andôle et la Petite Andôle ;
§
 

·         Les haies, les alignements d’arbres et les boisements de berges présentant des intérêts paysagers doivent bénéficier
        d’une protection au titre de l’article L151-23 du Code de l’Urbanisme ;

·         Valoriser le petit patrimoine disséminé sur la commune en le recensant, en le protégeant, en le mettant en scène, en le
        faisant connaître et en le rendant accessible : le lavoir du bourg de Torsac, les fontaines (La Marthe, font du Pont-Roy,…),
        les puits, les moulins (de la Combe, du Boisseau,…), les croix (La Grande Courrière, Le Maine Guillaume, La Faye....),
        les murets (Petite Andôle, le bourg), les logis (La Baronnie, La Salmonie,…), le bâti ancien du bourg et des hameaux ;

       Intégrer l’urbanisation dans le paysage :

§  Urbaniser en tenant compte des caractéristiques du paysage, en s’appuyant sur les formes du relief (versants,
    plateaux,…) et les structures végétales existantes ;
§
  Utiliser la référence du bosquet résiduel pour intégrer l’urbanisation dans les secteurs ouverts du paysage ou
    les pentes ;
§
  Traiter les franges urbaines, limites entre la zone urbaine et les zones naturelles, agricoles et forestières ;
§
  Veiller à l’insertion paysagère des constructions depuis les routes panoramiques ;
§
  Maintenir et encadrer l’urbanisation de certains hameaux, dans le but de préserver les qualités du bâti ancien et de son organisation ;
§
  Proscrire le développement d’une urbanisation linéaire le long des voies départementales ;

Choisir des secteurs d’extension et de densification qui conforteraient les entités urbaines existantes.